Laissez moi un petit message

N’hésitez pas à me contacter en privé, pour toutes questions ou propositions je répondrai dès que possible.

mamzelle-h

Soulac, le Signal : Injustice et incurie…

Soulac, le Signal : Injustice et incurie…

Jeudi matin le verdict est tombé par lettre recommandée auprès de tous les propriétaires de l’immeuble de Soulac-sur-mer : « vous êtes priés de quitter les lieux au plus vite … »

Je vous parlais, il y a quelques mois, de mes vacances à Soulac et de ce problème d’avancée des eaux. En écrivant cet article je ne pensais pas écrire celui d’aujourd’hui seulement quelques mois après. Mais voilà c’est fini …

Merci à Sud Ouest qui a eu la délicate attention de publier l’annonce du verdict AVANT que les propriétaires ne reçoivent la lettre officielle, c’est (une fois encore) très classe de leur part ! C’est pourquoi je ne leur ferai pas de publicité en mettant ici un lien vers leur article.

Imaginez-vous chassés de votre maison, sans réel préavis, alors que des solutions existaient et auraient pu éviter cela! 

Depuis des dizaines d’années  l’océan avance, ce n’est pas un scoop ^^ Pourtant en refusant de construire une « digue de pierre » (comme cela est le cas dans de nombreuses situations similaires sur la côte atlantique) qui aurait protégé la ville et l’immeuble, les politiques n’ont pas seulement condamné Le Signal mais aussi leur propre sort…

En effet l’océan avance de 4,80m par an. Aujourd’hui il est à 16m du pied de l’immeuble … on détruit ! Mais il est aussi à 30m de la route principale de Soulac… Pour les non matheux je vais vous faire le calcul : dans 6 ans l’eau sera sur la route !!! Et là il va falloir trouver une solution messieurs, vous ne pourrez pas faire de Soulac la première ville française de réfugiés climatiques ^^

Le plus drôle c’est que cette solution, les propriétaires la proposent depuis des années mais c’est « trop cher » … OK, sauver des appartements que 78 personnes ont passé leur vie à rembourser ce n’est peut-être pas la priorité dans le budget, mais tôt ou tard il faudra le faire car l’océan continuera sa course, faites lui confiance ^^

Samedi nous avons donc « vidé » l’appartement dans lequel nous avons passé 15ans, non sans un sentiment d’amertume. Amertume due à l’obligation de le faire mais aussi face au sentiment d’injustice pour les indemnisations ! En Normandie, à situation similaire, les habitants sont remboursés à 100% de la valeur de leurs biens, à Soulac c’est 50% ….. POURQUOI ?! 

Donc au delà  de la tristesse vient s’ajouter un profond sentiment d’injustice !

Plus l’affaire sera relayée par vous tous, plus nous avons de chance de sauver ce qui peut encore l’être. J’ai la chance d’avoir ce petit bout de blog qui me permet de vous informer à mon échelle… je compte sur vous ! Copier l’URL de cet article et partagez, partagez, partagez  !!!

C’est dans cet esprit que nous avons répondu aux interviews de France 3, Thalassa, …. et que j’ai tenu à laisser un dernier message, à la façon de la tour du 13eme à Paris, dans ce lieu qui regorge (regorgeait) de souvenirs pour ma famille …

Edito du 01/10/15 : la situation du Signal reste intacte. Les propriétaires continuent de payer les taxes d’habitations, foncières et assurances d’appartements qui sont pillés, squatés et … toujours debout. 

Une grève de la faim a été faite dans le silence le plus total ! Une vidéo de chat sur Youtube ferait plus parler … Un lobbying évident ! 

Et pour ceux qui pensent que nous avons été bêtes d’acheter, c’est un peu l’histoire de l’oeuf et de la poule … si ce n’était pas nous cela aurait été les anciens propriétaires qui seraient dans cette situation. 

De nombreux reportages ont été faits sur le Signal, devenu un symbole de l’érosion maritime en France, mais aucun ne parle du vide juridique et des manquements de l’Etat à ses obligations dans cette affaire. 

Seule une vidéo Youtube vient raconter la vraie histoire … celle qu’on vous cache dans les médias et qui fait que 60 propriétaires crient encore à l’injustice. Je vous mets le lien ci-dessous …


Soulac_lesignal

Vue de l’appartement ! Tête à tête avec l’océan …

Soulac_lesignal

Soulac_lesignal

Soulac_lesignal

Soulac_lesignal

Soulac_lesignal

Soulac_lesignal

Soulac_lesignal

Soulac_lesignal

DSC_0058

Soulac_lesignal_tag DSC_0072

DSC_0073

DSC_0075

Soulac_lesignal

Dernier cliché …

 

 

Merci pour vos petits sms, messages Facebook, et commentaires gentils sur mon Instagram … ça m’a beaucoup touchée !

destruction injustice le signal soulac
  • mamzelleH
  • 50

50 commentaires

Ton histoire me touche. Ce connaissais bien évidemment cet immeuble, mais pas ses occupants. Je suis triste qu’il n’y ait pu avoir en amont des digues ou autres comme tu le dis. Tu vas voir qu’une fois l’immeuble rasé ils vont en faire une …
Je partage ton article et belle journée !

Répondre

Je suis depuis un petit moment cette histoire et ça me fait tout bizarre de voir que tu connais bien cet endroit.
Je suis toujours effarée de voir de telles situations se produire encore et j’imagine la tristesse de tes parents et de ceux qui doivent quitter leur maison.

Répondre

Des souvenirs de beaux et doux moments seront bientôt emportés par les flots…mais nul ne nous prendra nos rêves.
 » si tu peux peut voir détruit l ouvrage de ta vie,et sans dire un seul mot te mettre a rebâtir…………tu seras un homme,mon fils » Rudyard Kipling

Répondre

Je partage tellement ces sentiments ! L’injustice, l’émotion…
J’ai vécu Xynthia pour notre maison de La Faute sur Mer, nous avons choisi de la garder, en zone noire malgré le peu d’eau, la seule un peu plus surélevée, nous avons eu de la chance, depuis autour c’est rasé, mais la nature reprend ses droits, c’est presque plus joli comme ça…
Bon courage à toi
xx caroline

Répondre

Caroline, merci pour ton petit message!
Je me souviens bien du désastre qu’avait engendré Xyntia, quelle horreur ! Toutefois dans votre malheur vous avez eu « la chance » d’avoir le choix : partir ou rester … ce qui n’a pas été notre cas ! En effet la nature reprend ses droits tu as raison, reste à voir si les indemnisations seront à la hauteur de ce qu’attendent les propriétaires …

Répondre

Bonjour nous ne sommes pas loin du signal et on ne sais pas quoi vous dire c’est dramatique ! Nous nous attendons au pire aussi d’ici quelques années.Je pense aussi qu’il y avait des solutions.Souvent je suis passé devant le signal en me demandant :est-il condamné où pas ? Vu le coup de la place de l’église 50°/° c’est lamentable.Je pense mettre quelques bouées chez moi… Bon courage !

Répondre

excusez les 2 fautes d’orthographe corrigez les on ne sait et le coût aussi.C’est l’heure tardive qui me fait dérailler et aussi la colère.

Répondre
Vincent B.

Je passe régulièrement mes étés à Soulac, depuis 2001, sous la toile de tente (L’Amélie, Le Palace, Les Sables d’argent l’été dernier). Pour être sincère, Le Signal me fait toujours une drôle d’impression en passant à vélo sur la piste cyclable qui le longe: immeuble échoué, unique exemplaire soulacais d’une architecture singulière en ces lieux. Ce n’est qu’un ressenti, certainement pas un jugement de valeur (que dire alors des mobile homes qui envahissent les campings !). Tout de même, la lutte contre les forces et la montée du niveau de l’océan me semble tellement vaine ! Mais tu as raison bien sûr, aujourd’hui c’est Le Signal, demain ce sera la route côtière, le casino, etc…
Merci pour ce témoignage et ces photos qui m’en apprennent un peu plus, vu de l’intérieur.

Répondre

Travaillant moi même dans l’architecture je ne vous contredirai pas sur le design architectural du Signal qui laisse clairement à désirer …. Mais finalement en se baladant sur la côte atlantique on s’aperçoit vite qu’il fut un temps, dans les années 70′, où des constructeurs (cupides) n’ont pas dû réfléchir à la question du rendu esthétique …. Mais comme vous le dites, la question n’est plus là ! Le panorama qu’offrait cet immeuble et l’attachement des propriétaires étaient visiblement mal connus du reste des soulacais, quel dommage ! :-) Cet article et tous vos commentaires portent leurs fruits, certains journalistes m’ont déjà contactée pour interviews, photos …. J’espère que cela aura quelques répercutions (aussi minimes soient-elles ) sur les indemnisations …
Merci de votre message ! :-)

Répondre

J’ai souvent passé mes vacances à Soulac, c’est magnifique ! Le Signal, malgré son architecture, était à l’écart des villas traditionnelles et faisait partie du paysage; il aurait mérité qu’on le sauve. Aujourd’hui le Signal, demain, le reste de la ville ?…….

Répondre
TOM ARTIGUE-CAZCARRA

Bonjour,

Je suis profondément désolé pour vous, vraiment car perdre un lieu où on a des racines est très dur, j’en ai déjà fait l’expérience mais pas du tout dans le même contexte.

Mais, car il y a toujours un mais et ce que je vais dire ne va pas vous faire plaisir: cet immeuble n’aurais jamais dû être construit, ici. Le front de mer est une zone tellement fluctuante que c’est une aberration que votre immeuble ai pu voir le jour. Et les digues de pierre ne sont pas la solution, car elles ne protège pas le littoral, elle deplace le courant ailleurs maximisant sa force. L’érosion de votre portion de litoral a sans doute été renforcé par les digues de pierre de la facade atlantique.

Et une digue de pierre n’est pas un ouvrage permanent, il faut le réparer régulièrement et ceci est d’autant plus vrai de nos jours où nous connaissons des phénomènes de marée exceptionnel depuis plusieurs années de suite. Une digue de pierre n’est qu’une fuite en avant que seul les plus riches ont les capacités de soutenir par un gaspillage grandissant de ressources (cf la lutte pour sauvegarder le cap Ferret, une zone qui disparaît régulièrement naturellement par les modification naturelles du Bassin d’Arcachon mais que l’Homme ne veut pas accepter).

Je le redis, je suis, je suis profondément désolé pour vous mais on ne gagne pas devant l’océan surtout quand les ouvrages des homms ne font des etudes d’impacts que sur des petites portions de terrain. Et ce n’est pas parce qu’on a là capacité technique de faire une chose qu’il est bon quel soit fait. Vous avez employés le terme de réfugiés climatiques, mais c’est tout à fait ça, et ce n’est qu’un début.

Toutes ces paroles ne sont pas reconfortante, j’en ai bien conscience, et j’aimerai pouvoir m’en excuser.

Tom

Répondre

Voilà qui rétablit la rumeur , une de plus , serait ce la saison ? On peut entendre la colère de perdre sa résidence ( peut-être secondaire) avec vue. Mais lorsque l’on s’attache à un lieu , il faut en être curieux . Une digue n’est qu’une courte parenthèse et en rien une solution , descendez à monta et vous verrez ce que sont devenus les épis . Il faut se rendre à l’évidence où l’homme n’a pas sa place la nature sait l’y remettre.

Répondre
Sebastien Gilbert

Blnjour. J ai entendu que l immeuble souffrait a la base de mal facon sur les pieux trop petit et que surtout le plus aberrant a mes yeux que plus loin un immeuble aurait pu avoir le meme sort si la maison du maire n etait aussi concerné par l érosion et que a cet endroit la dune a ete renforcé.

Je partage votre page sur FB. Bon courage

Répondre

J ai poussé à Soulac, je connais depuis 33 ans. Le signal avait comme Projet des jumeaux le long de la dune mais un seul a vu le jour sous le mandat de feu Pintat. L avenir politicomunicipal soulacais a été et est toujours la suite parentale du Créateur du signal….l’océan a toujours avancé logiquement c est pas une nouveauté. L arrêtez etait envisagle. Des choix politicoégoistes ont été faits il ya des dizaines d années, la principale sauver L AMELIE. On se demande bien pourquoi y a t il  » Un Signal » particulier perché sur une dune ? Bref digues, épis. …des millions d euros au moins on sait à quoi servent les impôts ! « Ce signal » tient toujours fier comme « une pinta de  » heu non un coq. A qqs pas une maison, un camping à qui on avait promis les mêmes pansements ont leurs fondations parties dans l océan. …ainsi que le club de surf à la sud au moins eux ils avaient le materiel pour ramer. Voilà en qqs mots les aventures du signal et surtout de tout Soulac car demain le casino aura ses manchots dans l eau. La mairie ou du moins  » the Pintat house » au bout de + 40 ans elle peut porter le nom , ne risque pas de pendre l eau, si la montée des eaux arrivée jusqu’ici , des digues pourraient voir le jour au pied de la rue de la plage…. la seule solution ne subissez pas, vous avez jusqu’au 3 mars pour déposer une liste d opposition pour les municipales. Alors amis soulacais allez y …..

Répondre

Lorsque j’étais enfant, le bâtiment du « Signal » me fascinait…sa statue « science fiction » m’intriguait….lorsqu’on partait pour l’Amélie avec mon père au volant de sa 404, je me revois insister pour prendre l’itinéraire du front de mer.
Sa modernité fin 60 peut sembler désuète mais il était le seul flanqué sur le sable…est-il vraiment plus disgracieux que certains bâtiments plus modernes de la plage nord ?
Je n’arrive pas à admettre qu’on se réjouisse de sa fin….

Répondre
Michael Dark

Bonjour, c’est dommage que personne ne fasse rien. Cependant si vous avez besoin d’être hébergée en attendant d’être indemnisée. Je peux vous loger chez moi à Bordeaux. Mon chat est très gentil et j’aime bien regarder top chef et Person of interest ;) Bon courage à vous. Michael.

Répondre

Malheureusement Mamzelle, si l’océan se déchaine c’est la faute de l’humain et avec les dérèglements climatiques (si si il y en a!) une partie de la côte et pas seulement la notre est vouée à être enfouie sous les eaux.
C’est en effet triste mais même une digue n’aurait pas arrangé tout ça. Elle aurait encore un peu plus modifié les courants marins transformant ainsi le bio-système marin. Je pense qu’il est judicieux de détruire ce bâtiment avant qu’il ne fasse de désastre et ce même si cela attriste ces occupants : c’est mieux pour eux !
Cela n’empêche pas que je me mette à la place de ces derniers et leur témoigne tout mon soutien.
Bon courage à eux tous !

Répondre

C’est une honte surtout après avoir vu le reportage sur TF1 dimanche dans le sept à huit. La mairie avait promis de faire en sorte que le Signal reste. Soulac ce sont des souvenirs inoubliables et le Signal fait partie de ces souvenirs.

Répondre

Désolé de cet esprit un peu tordu, mais il fallait acheter sur le bassin, là bas, l’argent coule à flot pour protéger les « 44 », la dune du pyla et tous les gros c…. qui y habitent (pardon qui ont une « villa »). Allant souvent à Royan, je ne verrais plus soulac de la même manière le jour ou il va tomber. C’est moche et injuste!

Répondre

J’ai passé quelques vacances dnas cet immeuble dans les années 80. Quel bonheur de pouvoir descendre à la plage pieds nus et sans mes parents…..que de souvenirs et quel dommage…..

Répondre

bonsoir,

le signal fait parti integrante de soulac, j’y vais depuis ma 1ere annee (jen ai 33 aujourd’hui) nous avons une maison de vacance la bas….. il est vrai qu’une digue n’aurait que deplace le probleme mais ne l’aurait pas sauve avec le temps….. il est vrai que je peux sentir votre tristesse, car j’en aurais autant si je devais quitter le lieu de tant de souvenirs d’etes mais tout ceci est grave dans vos memoires, tous les ans je constate des changements dans le paysage soulacais, entre autre avec la grande tempete de 99, c’est toujours triste mais la nature reprend ses droits et nous rappel que nous ne sommes rien comparer a sa puissance. je vous souhaite beaucoup de courage pour la suite des evenements……

Répondre

Moi aussi je suis bien triste de la disparition du Signal. Mon grand père y a ou plutôt avait un appartement et j’ai des souvenirs lointains ou il fallait marcher longtemps pour aller à la plage ( je devais avoir 2 ou 3 ans). Puis en 1999 mes parents ont eux aussi achetés un appartement au Signal. Tant de souvenirs, les premières vacances à la mer pour chacun de mes garçons qui barbotine dans les bannes, les châteaux et voitures de sables que mon papa leurs faisaient..il n’est plus là aujourd’hui pour voir ce qui se passe mais ma maman reste seule pour affronter encore une épreuve..tout ça à cause d’un maire peu scrupuleux qui a pourtant encaisser les impôts pendant des années sans se soucier du devenir de ses administrés puisqu’il connaissait parfaitement la situation depuis bien longtemps..Malgré les souvenirs, deux choses ressortent de tout ça: tristesse et écoeurement.

Répondre

Moi aussi je suis bien triste de la disparition du Signal. Mon grand père y a ou plutôt avait un appartement. Je me souviens qu’il fallait marcher longtemps pour aller à la plage ( je devais avoir 2 ou 3 ans ). Puis en 1999 mes parents ont eux aussi acheté un appartement au Signal. Tant de souvenirs, les premières vacances de mes enfants, qui barbotaient dans les baïnes, les châteaux ou voitures de sable que mon père leur faisait. Il n ‘est plus là aujourd’hui pour voir tout ça mais ma maman reste seule pour affronter cette nouvelle épreuve. Tout ceci à cause d’un maire peu scrupuleux qui a pourtant encaisser les impôts pendant des années sans se soucier du devenir de ses administrés alors qu’il était bien conscient de la problématique.
Malgré les souvenirs, deux choses resteront:tristesse et écoeurement.

Répondre
COURGEAU laurent

Laurent C
Nous aussi depuis 44ans,nous sommes au signal d’abord nos parents qui ont acheté en 1970,puis nous les héritiers,Nous aussi nous étions très inquiets de l’avancée de l’océan,surtout après la tempête Klauss.puis Xyantia. Monsieur Pintat n’a pas daigné déclarer la ville de SOULAC en catastrophe naturelle.Alors le 19 février c’est le cœur bien gros que nous avons déménagé notre appartement.Adieu la belle vue sur l’océan,le phare de Cordouan et la ville de Royan illuminée la nuit..78 copropriétaires qui ne paieront plus leurs impôts,et beaucoup d’appartements qui ne seront plus loués l’été.que Mr le maire se rassure l’état à déjà débloqué des fonds pour la saison touristique 2014 et nous il nous reste nos yeux pour pleurer. Remenber….
Merci

Répondre

Etant concernés par les injustices attribuées au Signal, jecomprends votre colère et votre tristesse. Pourquoi, dans une situation identique certains auraient droit à des protections ou indemnisation de façon à pouvoir se reloger et d’autres n’auraient pas les mêmes droits? Lors des assemblées générales des copropriétaires, nous avons cru aux promesses verbales et écrites du maire M.PINTAT de ne pas laisser tomber le Signal et en 2008 avons engagé pour 700 000€ de travaux de ravalement. Il nous a trahis. On voit bien aujourd’hui qu’il n’a jamais eu l’intention de le protéger et qu’il n’a qu’un souhait c’est de le voir démolir le plus rapidement possible. La mairie avait vendu les terrains pour sa construction et ne pouvait ignorer l’érosion chronique de ce secteur puisque dans les années 1930 plusieurs villas ont été démolies par les flots au niveau du casino et que l’épi en bois qui se découvre au fur et à mesure que la dune recule montre bien que la mer y venait.L’Etat qui avait placé Soulac comme l’une des neuf Unités Principales d’Aménagement de la Côte Aquitaine a donné les autorisations de construire. Par contre depuis 20 ans,
M PINTAT, Sénateur Maire et Président de la Communauté de Communes, protège le site de l’Amélie, habitat clairsemé, alors que le Front de Mer de Soulac n’est protégé que sur 200 mètres. Les villas, le Casino, le Musée, le Palais des congrès ne tarderont pas à suivre le sort du Signal. A l’évidence, les intérêts économiques de la collectivité ne sont pas là où les travaux sont effectués. Il faudra que le SENATEUR-MAIRE et PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES s’explique sur cet amour incontrôlé pour l’Amélie.Il faut se battre pour une égalité de traitement et contre l’injustice dont sont victimes les copropriétaires du Signal.

Répondre
Ballan Jean Jacques

Partageons souvenirs et tristesse…

La Complainte du Signal

La mer a décidé qu‘en dépit des promesses,
Mon sort serait scellé par son déchaînement !
Et me voici, au bord de son escarpement
Venant vous faire part de ma grande tristesse.

La mer a décidé qu‘en dépit des promesses,
Mon sort serait scellé par son déchaînement !
Et me voici, au bord de son escarpement
Venant vous faire part de ma grande tristesse.

Je suis né sur la dune il y a quarante ans.
La mer, étincelante, était à deux cent mètres
Et je ne pensais pas qu’elle allait se permettre
De venir me narguer en aussi peu de temps !

Deux de ses assistants, prompts aux basses besognes
Se sont chargés d’accélérer le mouvement :
Xinthia m’avait déjà frappé cruellement
Et Dirk m’a achevé, ces jours-ci, sans vergogne.

Et je pense aujourd’hui à ceux que j’ai logés,
Résidents, vacanciers, familles, locataires,
Qui venaient respirer dans ce lieu salutaire
L’air iodé de la mer sans flairer le danger.

Quatre générations ont pu se rencontrer,
Se croiser ou se succéder, heureux de vivre
Dans ce décor marin où la nature livre
Ce qu’elle a de plus attrayant à nous montrer.

Comment ne pas rêver aux rendez-vous du soir
Où le soleil, radieux ou bordé de nuages,
Tirait sa révérence au large du rivage
Semblant nous dire : « Allons, ce n’est qu’un au revoir ! »

Non, c’est par un « Adieu » qu’il fallait la traduire.
Vous ne reverrez plus depuis vos larges baies
Ce spectacle émouvant, en le voyant tomber
Dans l’onde où ses reflets continuaient à luire.

J’ai eu pourtant, c’est vrai, de vaillants défenseurs.
Conscient de la montée d’une telle menace,
Le conseil syndical, par son action tenace
A cherché les moyens d’affaiblir l’agresseur.

Parmi tous les acteurs qu’il a pu alerter,
Bien peu, pour dire vrai, ont saisi l’importance
Des risques encourus, ainsi que de l’urgence
A agir vite et de manière concertée.

A lire les rapports de cabinets sérieux
Il est patent que le galop du trait de côte
Grignote le rivage à chaque marée haute,
Imposant sans délai un remède impérieux.

Qui pouvait délivrer la meilleure ordonnance
Pour me sauver un temps, sinon pour me guérir ?
Las, tous les Diafoirus, loin de me secourir
Se défilaient, arguant de leur incompétence…

Mon ennemie, c’était la procrastination.
Remettre au lendemain ce que l’on devrait faire
Aujourd’hui même, au risque d’aggraver l’affaire,
Fut le premier souci de l’administration.

Et je ne suis pourtant que le premier visé !
Le centre de Soulac, dont la célèbre plage
Attire tant et tant d’estivants de tous âges,
Est aussi concerné. Il faudrait aviser !

Lorsque Georges Mandel*, édile visionnaire,
Avait su en son temps prendre une décision
Dont l’effet avait pu ralentir l’intrusion
Des vagues, et l’érosion du littoral dunaire,

Pouvait-il se douter que l’on allait attendre
Presque un siècle pour à nouveau s’apercevoir
Du danger imminent ? Pouvait-il concevoir
Qu’un de ses successeurs se laisserait surprendre ?

Quant à mes détracteurs qui me trouvent si moche
Jusqu’à défigurer la vue du front de mer
Je leur dis : profitez du plaisir éphémère
De ma disparition, après celle des Boches,

Car il n’est pas exclu qu’un jour on débaptise
Notre belle cité au nom si prestigieux
Pour l’appeler Surlac-sous-Mer, moins élogieux,
Si rien n’est fait, à en croire les expertises.

Désastre écologique, et pourtant annoncé
Je voudrais que mon sort vous serve d’expérience :
Devant les éléments notre seule défense
Reste l’humilité, sans pourtant renoncer.

J’adresse aux Soulacais, avant de disparaître
Un dernier vœu cordial, en forme de signal
Profitez de la mer, de ses joies estivales
Mais attention ! Si vous croyez bien la connaître

Elle peut vous jouer des tours à sa façon :
Je la croyais aimable et même affectueuse
Mais elle s’est montrée par trop impétueuse.
« Aimez la mer et craignez-la », c’est ma leçon.

Répondre
Mortoire Antoine

Pffff, mais vous êtes grave !
Le Signal, a toujours était une hérésie : architecture , loi littoral, environnement.
Il n’as jamais était dans le coeur des soulacais, son déclin était inéluctable et même profitable.
Je comprends la tristesse des habitants de cette immonde ogre de béton, mais il aurait était complètement stupide de faire quoi que ce soit pour sa préservation.
L’homme à jouer….il a perdu on ne lutte pas contre la nature.
Antoine, soulacais de coeur.

Répondre

De très jolies photos, la fin était inéluctable on ne peut se battre à armes égales contre la nature. Toutefois, on peut se demander pourquoi ce problème n’a pas été anticipé plus tôt (destruction de l’immeuble).
bon courage pour la suite.

Répondre

Mortoire Antoine – Les copropriétaires du Signal ne sont pas responsables de l’IRRESPONSABILITE des décideurs et de l’inégalité de traitement « selon que vous soyez puissant ou misérable etc….etc…. ». Le Signal n’a pas été construit sans autorisations et elles ont été données malgré un historique que les décideurs ne pouvaient pas ignorer. On continue d’ailleurs à délivrer des permis de construire, avec un PPRL sur des tracés de 1994, et on laisse s’endetter des personnes qui ne tarderont pas à se trouver dans la même situation que lui.Je ne pense pas que l’érosion s’arrête une fois le Signal englouti, le Front de Mer est pratiquement sans protection. Nous savons très bien que le Signal n’a jamais été dans le coeur des Soulacais, ce qui ne les a pas empêché de profiter depuis sa construction de la part des 78 taxes foncières et habitation ainsi que les achats et frais divers pour 78 familles. Vous jugez sa disparition profitable, vous pourrez bientôt profiter des augmentations d’impôts pour combler le trou.Votre commentaire est très agressif, avez vous seulement pensé aux conséquences morales et financières des copropriétaires; Certains ont encore 15 ans de crédit. Je ne vous trouve pas très humain et si l’on devait détruire tout ce qui est laid, vous ne feriez peut-être plus partie de ce monde.

Répondre
LILIANE GUINCET

je suis propriétaire au signal depuis de nombreuses années et comme 77 autres co-propriétaires, nous avons été déposédés de nos biens par le Sénateur Maire, Monsieur PINTAT grand humaniste. nous avons tout perdu, capital, meubles, amis.Le signal était notre lieu de rencontre. Notre immeuble n’est pas plus laid que d’autre, n’en déplaise à monsieur MORTOIRE que la haine aveugle. Nous avons participé à l’économie locale en faisant travailler commerçants et artisans et en payant nos impôts. Les soulacais sont heureux de nous voir partis, mais l’érosion ne va pas s’arrêter après le signal, ils ont de mauvais jours devant eux. Ils pourront toujours s’installer à l’Amélie, zone super protégée. ENORMES TRAVAUX pour sauver UNE VILLA, mais rien pour sauver 78 appartements. Je me demande pourquoi, mais je crois que M PINTAT y habite!!! Soulacais, réjouissez vous de notre disparition, et profitez bien encore un peu de votre ville

Répondre

Nous aussi nous avons dû déménager à la hâte (mes parents); Que de souvenirs ….
il faut malgré tout ce battre pour obtenir une indemnisation honnête
bon courage à tous ceux du signal

Répondre
ST FRONT

Merci de ce blog où chacun a pu s’exprimer dévoilant parfois de la poésie, mais toujours beaucoup de sentiments.
Ce qui est à noter, c’est que les représentants des copropriétaires font un travail remarquable.

Répondre

Il y a quelque chose qui me gêne dans ces débats… et j’en parle d’autant plus librement que je ne connais pas Soulac et n’y ai aucune attache affective, économique ou émotionnelle.

Les décideurs, élus, vendeurs, promoteurs des années 60-70 auraient manqué de clairvoyance, de responsabilité, etc …. mais pourquoi auraient-ils été plus clairvoyants, responsables ou visionnaires que les acheteurs ? Les acheteurs n’ont-ils pas vus les blockhaus de la seconde guerre mondiale au milieu de la flotte ????

Il y a quelque chose qui me gêne dans l’approche manichéenne qui est proposée ici : l’absence d’auto-critique des propriétaires qui voyaient chaque année reculer une dune qui en 1967 était à 250m. de leur immeuble. Les plus clairvoyants ont quitté le navire avant le naufrage annoncé, les autres ont refusé de voir ce qui était évident. Leur responsabilité est indéniable. Les propriétaires ne parlent pas non plus des revenus qu’ils ont tiré, pour certains, de la location de leur appartement, depuis 30-40 ans.

Les choses sont loin d’être noires et blanches, avec le méchant maire d’un coté et le malheureux propriétaire de l’autre. Trop simple, trop manichéen…

Le Signal va être exproprié, puis détruit. Ce n’est qu’une question de délai. L’état (c’est à dire NOUS tous) va en acheter la moitié. D’autres collectivités (municipalité, communauté de communes, département, région, europe …) vont acheter le reste pour que la démolition puisse se faire.

Mais probablement seulement après une âpre bataille juridique sur le montant des indemnisations à verser aux propriétaires, à grand renfort d’avocats médiatiques pour faire monter les enchères. Je sens également venir le coup du préjudice moral…
Actuellement, on parle d’une valorisation de 10 millions d’euros … ca fait une moyenne de presque 130.000 euros pour 78 appartements. Ca va, la vie ne va pas s’arrêter, on peut se repartir dans la vie avec 130.000 euros.

A l’arrivée, j’aimerai juste que ce ne soit pas le seul contribuable qui paye la note et que le coût soit partagé entre tous, contribuables et propriétaires…

Répondre
Vincent et Danielle DUPRAT

martial – Vous dites connaitre l’indemnisation sur l’expropriation des copropriétaires du Signal. Vous êtes bien renseigné car eux, à ce jour, ne la connaissent pas. Je pense que lorsque l’on donne un avis sur une affaire, il serait préférable et important de bien connaitre la situation exacte du dossier autre que les bruits « de sources sûres ». Les copropriétaires ne demandent rien d’autre qu’une égalité de traitement et ne font pas de la procédure par plaisir. Leur situation financière et loin de votre description et les appartements n’ont jamais été des « pompes à fric » comme vous l’insinuez.

Répondre

Mr & Mme DUPRAT
Ne caricaturez pas mes propos SVP. Je n’ai jamais employé le terme « pompe à fric » mais « revenus » et la valorisation de l’immeuble à 10 ME est citée dans Sud-Ouest. Une division par 78 (nombre de logements) donne bien une moyenne proche de 130.000 euros.
De surcroît je n’ai jamais abordé la « situation financière » des propriétaires du Signal.

J’aurai pu poster un petit message de soutien, pour faire part d’une tristesse plus ou moins sincère, mais c’est un peu convenu.

Ma conclusion reste la même : je souhaite juste que ce ne soit pas le seul contribuable qui paye la note de cette bien triste histoire et que le coût des pertes soit partagé entre tous, contribuables ET propriétaires…

Répondre
Vincent et Danielle DUPRAT

Martial
Il convient de rappeler que le SIGNAL a été réalisé à l’initiative de l’ETAT et la commune dans le cadre de l’aménagement de la côte Aquitaine.
Le dispositif d’indemnisation issu de la loi BARNIER est un dispositif assurantiel. Le Fond de Prévention des Risques Naturels Majeurs est alimenté par la taxe sur les assurances que paie tous les assurés d’habitat et d’automobiles.
Les copropriétaires du Signal ne demandent rien de plus, dans le cadre de ce dispositif, qu’une égalité de traitement. Il est fort dommage que vous ne connaissiez pas Soulac, vous pourriez y constater que l’Amélie, zone d’habitat de faible densité bénéficie depuis 20 ans de lourds travaux de défense contre la mer (actuellement on protége 2 villas pour 2 400 000 € de travaux), par contre la zone urbaine de Soulac,constituée d’un habitat dense sur 1km de front de mer ne bénéficie, sauf preuve du contraire que de 200 mètres de perré maçonné (travaux de 1914 à 1932) dont on ne connait pas l’état et qui se trouveraient sous le boulevard actuel.
Vous pourrez également trouver sur internet que de luxueuses villas à Wimereux sur la Cote d’Opale (comme d’autres d’ailleurs en Normandie et en Poitou Charente) menacées par l’océan, viennent d’être indemnisées par l’état à la valeur vénale de leur bien.
L’évaluation de 2011 relevé dans la presse est bien exacte mais vos pronostics d’indemnisations sont pour le moment loin de la réalité. Selon que vous êtes puissant ou misérable…. Les copropriètaires du Signal,seraient-ils des concitoyens ordinaires ou de seconde zone?

Répondre

Bonjour,
Le bâtiment peut toujours être sauvé et cela rapidement et à des coûts acceptables en utilisant la technique des géotubes. Merci de me contacter au 06 80 42 66 20.
Cdt
Albert koffler

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *